Compte rendu 2017 : Tchao, l’hiver !

La première cyclosportive d’envergure de la saison s’est déroulée à Montélimar le 19 mars 2017, dernier jour de la période froide, réunissant 2050 cyclistes.

Adieu l’hiver, bonjour le printemps. La cité montilienne était illuminée d’un soleil printanier, alors qu’un vent du Nord « rafraîchissant » ventilait avec force la vallée du Rhône et la campagne environnante.


Pour cette huitième édition, changement de décor, pour les organisateurs et les participants, avec un accueil départ et arrivée au palais des congrès Charles Aznavour.


Le Saint James Vélo Club, son président Frédéric Faure et toute son équipe n’ont pas failli, mettant en paroles et musique ce nouveau répertoire qui aux premiers échos semble avoir séduit coureurs et accompagnants.
Un espace bien apprécié, pour ses grands parkings à proximité, une grande salle où chacun a pu trouver au fil des arrivées une place assise pour se refaire une santé avec un plateau repas bien garni, servi par trois chaines de self.


Jouxtant le palais, l’incontournable village des partenaires accueillait les professionnels du vélo, avec cette année aux côtés du partenaire éponyme, le stand Look France.
On ne peut passer sous silence la fidèle présence du stand de Gianni Marcarini qui a fêté ses 77 ans quatre jours avant la Corima.


L’accueil au rendez-vous


L’agitation est bon enfant sur les abords du palais des congrès. Le café ou le chocolat matinaux, les brioches, cakes et fruits secs sont servis par une bonne équipe de bénévoles. Intramuros d’autres distribuent dossards et sacs cadeaux, ou inscrivent les retardataires.


Copains et connaissances se retrouvent, discutent le coup tout en préparant leurs montures, ajustant un cuissard, tirant vers le haut une paire de manchettes. Les bidons sont pleins, les poches fournies en gels et barres. Une longue chenille s’étire à proximité de la ligne de départ.


Sirènes, klaxons, place au sport. Voitures ouvreuses, motards de sécurité de l’association Média Moto Sécurité, la huitième Corima est lancée, certains avec des jambes déjà échauffées la veille lors du contre-la-montre.


Quatre parcours dont trois chronométrés et un pour faire la fête en famille ou entre amis et s’adonner aux joies de «pédaler électrique» autour de la capitale du Nougat. L’organisation souhaite développer une épreuve VAE.

Le temps du sport


Trois circuit chrono avec pour l’épreuve reine une incursion en Drôme Provençale avec un parcours sélectif à souhait dont le point culminant se trouve au col de la Sausse. Ce n’est pas la seule difficulté en embuscade. La côte d’Allan puis la grimpée du Colombier, puis de la Citelle, sont là pour titiller les mollets. Valouse, Orsinas, Pertuis sont autant de cols qui évitent tout refroidissement. Dans cette large boucle coursiers et randonneurs peuvent apprécier la beauté de la campagne que l’arrivée des beaux jours tire de sa léthargie, immensités boisées, vergers fleuris, champs de lavande travaillés impatients de diffuser leurs parfums.


Traits d’union entre ces espaces, les villages et leurs cachets, Taulignan, La Roche Saint-Secret, avant de rejoindre la bourgade de Bouvières, avec un passage obligé du défilé de Trente Pas, superbe.


Une halte s’impose à Dieulefit où l’accueil reste mémorable. Ambiance musicale et longues tables bien fournies en ravito, le tout servi par des bénévoles bien chaleureux. Dieulefit mérite une fois de plus un coup de cœur.


Cité touristique, connue pour ses poteries et la présence d’artistes et d’intellectuels, Dieulefit est aussi, de par son environnement climatique, apprécié pour ses soins en matière de traitement d’affections pulmonaires ou cardio-vasculaires.


De par sa tradition d’accueil, notamment lors des heures sombres de notre histoire, la cité est aussi titrée Ville des Justes.

La route file maintenant vers Cléon-d’Andran. Deux cols barrent la route avec celui du Pertuis et de Félines.
Cléon-d’Andran est l’un des quatre points de ravitaillements répartis sur les parcours. Sa fontaine des éléphants, au cœur du village évoque le souvenir de ses corsos fleuris. On ne peut que saluer la qualité de l’accueil sur ce point de restauration qui en incite quelques-uns à un arrêt prolongés.


Pendant ce temps la tête de course n’a pas musardé et mon pilote, Jean-Hugues, me précise qu’il est temps de rejoindre la ligne d’arrivée. Nous doublons des paquets, l’échine courbée sous les assauts du vent, d’autres esseulés refusent de déposer les armes face au tempétueux Eole et s’arcboutent. Les quatre hommes de têtes sont à leur tour dépassés.
Une double haie d’honneur salue les arrivées, jusqu’à ce qu’une clameur s’élève pour saluer l’arrivée du vainqueur, Nicolas Reynaud, l’enfant du pays et licencié au Saint James Vélo Club.


Solidarité


Selon une tradition désormais bien établie, les organisateurs, en partenariat avec le Rotary Club de Montélimar organisent l’opération «Un fauteuil à la mer» à destination des personnes à mobilité réduite.
Cette action permet d’offrir une journée d’activités ludiques sur les bords de la Méditerranée.


Le coin du sport


C’est au finish que s’est jouée la victoire pour Nicolas Reynaud qui s’en expliquait peut après avoir franchi la ligne d’arrivée.
Un gros paquet de près de 150 éléments s’est détaché dès les premières pentes de la côte d’Allan, accentuant son avance au fil des kilomètres puis dans l’ascension du col du Colombier, perdant encore des coureurs.


«Nous sommes partis dans la descente du Colombier, avant de conforter notre avance dans la montée du col de la Citelle. Un groupe est revenu sur nous.»


Le nous ce sont ses trois compagnons d’échappés, Thomas Lebas, coureur pro de l’équipe Kinan Cycling Team, Cédric Dubois du Café du Cycliste et Tim De Vos de l’Olympique Montélimar Cyclisme:


«Nous avons à nouveau creusé l’écart aux abords de la Roche-Saint-Secret, où nous nous sommes retrouvés à cinq avec Rodolphe Lourd du VC Pontois qui nous a rejoints. Nous comptions 4 minutes d’avance. Une erreur d’aiguillage a incité les commissaires à neutraliser la course dans l’ascension du Pertuis. Nous sommes repartis avec 3 minutes d’avance. Nous avons rencontré de la difficulté dans la côte de Marsanne en raison du vent violent alors qu’un groupe de six revenait sur nous.
Thomas Lebas nous a informés qu’il ne prendrait pas part à la victoire et qu’il nous laissait nous expliquer.
C’est après avoir passé la flamme rouge que je surprenais mes deux compagnons d’échappés, Cédric Dubois et Tim De Vos

Coup double pour le Saint James Vélo Club avec la très belle victoire sur le parcours SESAME de Valentin ZANGA qui renoue avec la compétition cette année.

Jacques Girodet

Retour